Immigration clandestine : l’Afrique doit contrôler ses ressources et les transformer sur place 5


Le refus d’octroyer le visa aux Africains n’a jamais été aussi inefficace pour empêcher l’immigration légale vers le prétendu eldorado qu’est l’Occident. Les migrants, en une véritable ruée, ont fini par faire savoir que si plusieurs chemins mènent à Rome, eux, peuvent se passer de la voie aérienne. Certains d’ailleurs ont essayé de migrer clandestinement par cette voie sans succès. On se souvient encore du drame des deux petits guinéens, Yaguine Koïta et Fodé Tounkara, retrouvés sans vie dans le train d’atterrissage d’un avion en 1999 à Bruxelles.

Si et seulement si la Méditerranée pouvait parler

Depuis plusieurs années, le sujet fait le tour des tables. Comment combattre l’immigration clandestine ? Quelles sont les solutions adéquates à court ou long terme que peuvent adopter les pays Africains afin que ce phénomène soit complètement éradiqué ? Se joindre aux pays Européens dans le processus de sécurisation des frontières, en organisant une chasse aux réseaux de passeurs, est une mesure qui a montré ses faiblesses face à la détermination des clandestins, car malgré elle, le nombre de victimes va crescendo chaque année. Les chiffres ne mentent pas : plus de 5 000 migrants ont perdu la vie en 2016 en essayant de regagner l’Europe par la Méditerranée, selon le rapport 2016 de l’ONU sur l’immigration clandestine. Ce chiffre scandaleux ne représente pourtant que la partie visible de l’iceberg. Un bilan qui aurait surement été plus lourd si la Méditerranée était dotée de la faculté de parler.

Créer des emplois est une demi-mesure

Barrière anti-migration à Mellila / Crédit photo : flo razowsky – flickr

Cette citation d’Ibrahim Boubacar Keita, président de la république du Mali, extrait d’un de ses discours pendant sa campagne présidentielle, me marquera à vie. « Le chômage des jeunes est, parmi les maux qui affligent notre société, l’un des plus douloureux. Sans emploi, il n’est pas d’intégration sociale réussie, pas de réalisation de soi dans la communauté… » En effet, elle résume à la perfection l’importance pour chaque jeune d’avoir un emploi.

Le chômage est effectivement un facteur incontournable favorisant l’immigration clandestine. Créer des emplois n’est donc pas une proposition négligeable. Sans aucune intention de vouloir la balayer du revers de la main, je la juge en revanche assez simpliste. A chaque discussion autour de l’immigration clandestine, elle revient au point que l’on ne se réfère plus à certains aspects techniques et stratégiques incontournables pour aboutir à une solution concrète et durable.

Le chômage existe en France, en Espagne, en Angleterre, en Allemagne et tous les autres pays Européens… Mais les citoyens ne quittent pas leurs pays

Posons-nous les questions. Pourquoi des étudiants Africains en médecine, après de brillantes études dans leur pays, décident de migrer vers l’Europe alors que tout le monde pense qu’ils pourraient bien gagner leur vie au pays ? Pourquoi les enseignants d’universités préfèrent donner des cours dans les grandes universités Européennes alors qu’ils pourraient être d’une utilité inestimable pour l’Afrique ? Pourquoi, alors que le chômage existe dans les pays Européens, leurs citoyens ne s’adonnent pas à l’immigration clandestine ?

Parce que les citoyens des pays développés, même les chômeurs bénéficient de conditions permettant de supporter la vie et ses contraintes. Ils arrivent à se soigner, à étudier dans de très bonnes conditions, à voyager sans problème de visa, à se nourrir convenablement. Une femme de ménage immigrée en France peut se retrouver avec un revenu mensuel plus important que celui d’un médecin au Burkina. Pendant que l’enseignant d’université au Mali peine à gérer le mois, celui qui donne des cours en Europe est propriétaire de quelques immeubles. Voici une réalité qui montre bien que ce n’est pas qu’une question d’emploi.  Tout le monde aspire à bien vivre, c’est naturel et normal. Donnez un emploi à chaque jeune Africain si vous le voulez, cela ne mettra pas fin à l’immigration clandestine si ces emplois ne leur permettent pas de vivre dans de bonnes conditions. Ce n’est plus la fin mais la faim qui justifie les moyens.

Songeons à transformer sur place !

L’immigration clandestine ne sera plus qu’un souvenir quand les dirigeants des pays Africains comprendront l’importance de développer l’Afrique. Ce développement ne sera jamais une réalité si nous passons notre temps à penser à l’aide extérieure et à exporter nos richesses au lieu de les transformer sur place. Il ne sera jamais une réalité si nous ne prenons pas nos responsabilités en imposant des partenariats profitables à l’Afrique. Les plus grands groupes industriels implantés sur le continent n’appartiennent pas aux pays Africains. Ceux qui empêchent nos jeunes de rester vivre chez eux aujourd’hui détiennent l’or du Mali, le cacao et l’huile de palme de la Côte d’Ivoire, le diamant du Congo, l’uranium du Niger, le coton du Burkina. Ils exploitent toutes ses richesses à partir de contrats signés avec nos gouvernements, les transfèrent chez eux pour la transformation finale avant de revenir nous les revendre plus chers. Depuis combien d’années ce système existe-t-il ? Comment l’Afrique peut-elle avoir les moyens de se développer dans ces conditions, même si ces sociétés créer des emplois ?

Prenons un exemple concret : en 2016, selon le ministre malien de l’Energie et des mines, l’or du Mali a remporté 280 milliards à l’Etat malien et a créé 12 000 emplois. C’est beaucoup, mais ce n’est quasiment rien comparé à ce que les exploitants ont empoché comme bénéfices. Imaginez un tant soit peu que l’Etat malien ait le contrôle de toutes les exploitations et ses propres machines. Il ferait encore plus de revenus. Si le pays applique cette règle à tous les autres domaines comme l’agriculture, l’élevage, etc… il pourra, à partir des bénéfices dégagés qui seront bien plus importants, financer son développement. Si le Burkina se dote des moyens lui permettant de transformer son coton sur place, il fera plus de revenus que lorsque l’on vient le lui acheter pour aller le transformer et revenir le lui vendre. Pareil pour le cacao ou le café de la Côte d’Ivoire. Une procédure infaillible démontrée depuis plusieurs années par d’éminents spécialistes du domaine économique…

Mine d’or de Morila, l’Etat Malien perçoit que 20% de la production, image flickr

Au bout d’un moment, les pays Africains auront les moyens nécessaires pour enclencher leur développement si, avec les richesses amassées, les dirigeants tuent l’individualisme pour privilégier l’intérêt commun. Tout naturellement, des emplois bien rémunérés se créeront par millions sur place. Les revenus seront suffisants pour investir dans les domaines très importants comme l’éducation, la santé, les infrastructures… Bref, pour garantir le développement et assurer de bonnes conditions de vie. L’immigration clandestine disparaîtra d’elle-même car les Africains auront ici ce qu’ils vont chercher là-bas.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Immigration clandestine : l’Afrique doit contrôler ses ressources et les transformer sur place

  • Jean-louis Guelson

    Chez moi en Haïti, le décor est semblable à l’Afrique. Les jeunes quittent le pays par milieux pour se rendre au Brésil, Chili, ou n’importe quel pays ouvert à les accueillir. Ce phénomène résulte à l’incapacité de l’État à générer des emploi pour cette majorité, l’absence de l’enseignement universitaire, ils sont tous exclus.

    • issbill
      issbill Auteur du billet

      Générer des emplois mais, il faudrait plus au fait. La solution a mon avis n’est pas juste créer des emploi comme l’on le dit à longueur de journée. Quel genre d’emploi? Voici la question. Des emploi avec des revenus qui ne permettent pratiquement pas de s’occuper d’une petite famille??? Voilà, il faut le développement vaille que vaille. Depuis la nuit des temps l’immigration existe. C’est naturel et normal d’essayer de fuir la misère par tous les moyens. Je suis confiant que si les pays Africains mettent leurs citoyens dans les bonnes conditions, ces derniers refuseront de partir même s’ils chôment. Ce qui manquent ce n’est pas vraiment des emplois, c’est plutôt des emplois qui nourrissent véritablement.

  • Koffi serges

    Cela résume toute la problématique de l’immigration clandestine, qui, n’est pas qu’une question d’emploi. C’est un « tout » qui nécessite une approche globale mettant en rapport tout les questions de développement. Nos dirigeants en parle avec une vision restrictive et restreinte. Au fond, ce qui est en jeu, c’est le développement de l’Afrique. Tant que cette question ne sera pas résolue, toutes les mesures contre l’immigration n’y mettront pas fin.