L’histoire du décisif selfie avec le président Hollande avant sa décision de partir de l’Élysée. 1


La prochaine élection présidentielle française aura lieu les 23 avril et 7 mai prochain. Cette nouvelle course à l’Élysée me fait particulièrement penser à quelqu’un. Au président sortant, monsieur François Hollande qui avait annoncé le premier décembre dernier qu’il ne briguera pas un second mandat. Une décision sage que je salue au passage. Je pense précisément au selfie qui nous lie désormais. Un selfie ce n’est peut-être pas grande chose mais il nous lie quand même.  Ah oui, je fais le malin ! À mon retour de Madagascar, j’ai été assommé de beaucoup de questions : « Issouf, nous avons vu ton selfie avec le président Français, comment tu as fais? » où encore « Iss Bill, cool votre selfie avec Hollande, ça n’a pas été facile de l’avoir j’imagine ? » Et oui, l’aventure pour arracher ce selfie était rocambolesque.

C’est avec beaucoup de joie que nous avons appris la nouvelle. Au soir du troisième jour de formation à Madagascar, Julien le bot, journaliste à Rfi et formateur, après une rude journée, avait balancé à toute l’équipe :

Nous aurons la visite du président François Hollande ce vendredi.

Les visages aussitôt s’illuminèrent. Le président Français, venir nous rendre visite et non le contraire ! C’était émouvant. La gaieté que m’a procuré cette nouvelle, la plus inattendue jusque là, était trop énorme. J’avais le sourire aux lèvres durant tout le trajet, dans le bus qui nous ramenait à l’hôtel, j’étais comme un malade mental. J’étais tellement surexcité que du coup, une idée se logea dans ma cervelle. S’il arrive, le président, je fais tout mon possible pour me taper un selfie avec lui. Génial comme idée non ? Un selfie avec l’une des plus grandes institutions, ce n’est pas négligeable quand même !

Arrivé à l’hôtel, lors du dîner dans le restaurant juste en face, j’avais les idées orientées vers mon futur selfie pendant que les mâchoires de Zébuvores¹ faisaient d’énormes bruits. J’étais surtout embêté par ceux des Zébuvores qui prenaient leur dîné en haut. Pendant que nous avions des projets de selfie avec des présidents, eux, traînent plutôt des projets de tapages nocturnes dans un restaurant qui était calme avant leur arrivée. Parlant de ce restaurant, j’ai vraiment kiffé leur service. A la prochaine pour un nouveau Mondoblog camp. Simon, Camille et tous les autres, vous avez intérêt à faire en sorte qu’on y retourne. Nostalgique, je suis déjà. Je parlais de quoi là ? Heu…Ah oui, de mon selfie présidentiel et des fouteurs de troubles.

Le jour de la visite du président arriva. L’espace Mondoblog qui devait regrouper normalement que nous, les blogueurs et les formateurs, afin qu’on puisse bien profiter de cette présence Hollandaise, était pleine à craquer de monde. Les questions aussitôt se sont abattues sur monsieur le président après l’introduction de Julien. J’étais à sa gauche, à coté de mes amis blogueurs. J’ai essayé de me faufiler dans la foule pour être plus proche de lui afin d’avoir plus de chance. À peine j’avais fait un pas que quelqu’un me recala. C’était sûrement l’un de ses gardes rapprochés, je me suis dit. J’ai essayé de contourner mais recalage encore. J’ai compris qu’il fallait braver vents et marées pour l’avoir, ce putain de selfie. Je guettais la moindre occasion.

J’ai essayé entre temps, mille et une positions en me retournant par-ci par-là, afin de l’avoir dans mon champ de selfie, hélas! A chaque shot, une tête venait tout gâcher. J’étais mal barré.

Après avoir fini, le président qui n’avait pas assez de temps, voulait s’en aller lorsque j’ai crié à la manière du foutage de trouble de mes amis, lors des dîners.

Monsieur le président, une photo s’il vous plaît !

Comme par miracle, le président s’est retourné. Les gardes avaient compris qu’il m’autorisait à l’approcher. Mon téléphone était déjà sur appareil photo. Prêt comme jamais. Je voulais tranquillement faire mon selfie quand la pression de la foule s’en mêla. Une, deux, trois, quatre, plusieurs têtes. La bousculade occasionnée par ces têtes, côcô² de selfie, fit tomber mon téléphone à terre. La crainte s’empara de moi. Hollande allait partir si je prenais du temps, je le savais. Et comme par miracle numéro deux, voici Guillaume Djondo juste à côté, prêt aussi.

-Vas y frangin, prends le selfie, c’est maintenant ou jamais. m’écriais-je

Le blogueur à la plume parlante essaie un premier qui ne marche pas. Olala, c’est perdu, je me suis dit. Le président par humilité accepta qu’on fasse un second qui cette fois-ci fût dans la boîte.

Voici le résultat ci dessous

Le selfie!( Innocent et Guillaume devant, aux anges comme jamais. El Hadj Boubacar, Fabrice et Annadjib derrière moi en mode » vous ne le ferez pas sans nous ». Crédit photo: Guillaume Djondo

Merci monsieur le président, nous dîmes

Merci, dit-il simplement avant de s’en aller avec sa délégation.

Bien que flou, nous étions très heureux d’avoir pris une photo avec ce monsieur qui, une semaine après, prît une décision sage et historique vis-à-vis de la France et du monde entier.

Explication des mots

Zébuvore: Quelqu’un qui a toujours du zébu au menu. (mot inventé par les mondoblogueurs lors du XVI sommet de la Francophonie à Madagascar pour se taquiner, suite à la remarque concernant le fait que la viande de Zébu est prédominante dans la gastronomie Malgache.)

Côcô: Profiteur, dans le langage familier. ( Beaucoup employé en Afrique de l’ouest, surtout en cote côte d’Ivoire.)


issbill

A propos de issbill

Appelle moi Iss Bill le Blacknegronoir. Auteur-compositeur-interprète malien, passionné de musique et de lettres depuis le bas âge, j’ai fini par me mettre au rap, à cause de son lien étroit avec la poésie, que j’adore aussi. Écriture & musique : voici en deux mots toute ma vie.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “L’histoire du décisif selfie avec le président Hollande avant sa décision de partir de l’Élysée.