Ras Bath: Leader ou bluffeur?


Je ne suis pas partisan de Ras Bath, tout comme je n’ai jamais été partisan du régime en place. Je ne parle donc ni pour l’un, ni pour l’autre ici. Je parle pour « les autres. » Les autres, c’est toi le jeune Malien. C’est lui, c’est elle, c’est toute la jeunesse Malienne. Je parle pour moi aussi car je fais partir de ces autres là. Comme vous, où du moins  comme certains, ce qui me préoccupe, c’est d’abord l’avenir du Mali. J’espère le voir un jour vêtu de dignité, d’honneur, de grandeur, avec une jeunesse forte aussi bien physiquement, qu’intellectuellement, qu’elle soit du nord ou du sud. Bambara ou Touarègue, Peulh ou Dogon… Parlant de force, je sais qu’elle l’a, cette jeunesse. Elle est très forte physiquement, oui. La preuve en est qu’elle a réussi à tabasser son président en 2012(C’est bien, continuez!). C’est encore cette même jeunesse qui a bravé matraques, lacrymogènes et fusils pour incendier des personnels et pickups au niveau du tribunal de la commune IV de Bamako, lors de la manifestation en signe de soutien à l’animateur Ras Bath. Bravo chers hercules! Maintenant, qu’en est-il de la force intellectuelle? Cette force de laquelle je parle ici, ne concerne pas le fait d’avoir forcément fait de grandes études. Non! L’intellectuel pour moi, c’est d’abord un état d’esprit. Une grandeur d’esprit peu importe le niveau scolaire. Je parle de cette force animée par une prise de conscience au sens mature du terme. Les émeutes ne sont pas forcément des preuves de prises de conscience. Non, pas du tout. Ne nous trompons pas de combat, surtout dans le contexte actuel où la prudence et le bon raisonnement doivent être nos compagnons fidèles. Les priorités sont là. Battons nous pour elles d’abord. Penchons nous sur les problèmes les plus importants comme le besoin de rédorer le blason de notre système éducatif, l’emploi des jeunes et surtout la réunification de notre pays.

Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath, animateur et porte-parole du collectif pour la défense de la république. www.flickr.com

Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath, animateur et porte-parole du collectif pour la défense de la république. www.flickr.com

Ras Bath, désolé.

Je ne dirais pas que la liberté d’expression est totalement libre comme un oiseau dans ce pays. En revanche, ayons l’honnêteté de reconnaître qu’elle n’est pas cette prisonnière qu’on dit.

Je prends un exemple dans l’un de mes domaines. Je fais du rap et je connais beaucoup de mes collègues qui disent tout ce qu’ils veulent ici sans vraiment être inquiétés. Le combat pour la liberté d’expression donc, a commencé depuis, avant nous. Un grand pas a déjà été fait sur ce point, même si c’est vrai que le changement n’est pas effectif. Allons aux priorités en tâchant de ne pas les substituer par des futilités. Ras Bath, je t’admire et te Respecte. Cependant, tout comme le dit le titre de ton émission: Jouons carte sur table. Je suis ton combat depuis longtemps de près, avec beaucoup d’attention. Il est à saluer même si je ne suis pas d’accord avec tout ce que tu dis. Ton droit te le permet. Je suis pour la liberté d’expression. Parle donc. Tout comme mon droit me permet de te dire qu’une vérité doit être à caractère constructif et non destructif. Je me demande d’ailleurs si quelqu’un détient la vérité au Mali. Elle est comme le vent la vérité! On ne peut pas la tenir, voyons! Arrêtons de nous leurrer. La vérité commence quand la bouche se tait, ou bien aller la chercher dans la bouche des enfants ou du soulard. Voici une vérité.

Nous sommes tous pour la révolution.

Tous! Et tout comme toi, je suis fatigué de ce semblant de Mali que nous avons aujourd’hui. Cependant une révolution, une vraie, la digne révolution, se mène pacifiquement. Mon point de rupture avec toi est né le jour même de ton arrestation. Si ma liberté d’expression me le permet, j’ai vu ce jour en toi, un carriériste déguisé en populiste. Oui, je sais faire la part des choses Ras Bath. Je n’ai pas du tout apprécié la manière par laquelle tu appelais les jeunes à sortir. On sentait dans tes publications cette envie tenace de forcer le destin de héros et pour cela, vis à vis de moi, tu perds un peu ta crédibilité. On ne peut pas demander à une jeunesse de sortir quand on connait son état d’esprit. Tu as demandé aux jeunes d’aller vandaliser, Piller ou déverser une haine qu’ils nourrissaient déjà depuis l’affaire Amy Kane. Tu as demandé à une jeunesse qui a déjà très mal, qui réclamait ses deux cent milles emplois, d’aller se faire tirer dessus, sinon rien d’autre. Et tu sais pourquoi? Parce que la majorité n’a pas l’entendement nécessaire pour comprendre le message que tu as lancé. Tu deviens donc automatiquement responsable de l’interprétation qu’ils donnent à ce message, par conséquent, responsable des dégâts commis.

"Libérer Ras Bath" par lui même sur son mur facebook

« Libérer Ras Bath » par lui même sur son mur facebook

Ce « libérer Ras Bath » qui traînait sur ton mur facebook devrait il venir de toi? C’était à nous de demander qu’on te libère ou à toi même de le faire? Le sang à coulé une fois de plus et c’est surtout cela qui m’indigne personnellement. Tu as déconné Rasta! Depuis ce jour je me suis posé la question de savoir si derrière ce type que j’ai toujours pris pour un leader ne se cachait pas un bluffeur? J’espère que j’aurai une réponse.

Une justice injuste

C’est malheureux pour la justice malienne. Cette histoire nous a fait comprendre le véritable sens du deux poids deux mesures. J’ai constaté que certaines personnes ont tendance à faire passer le Mali pour un État religieux avec une religion d’état qui serait l’islam. Non, non, non. Notre pays compte 90% de musulmans d’accord, mais n’oublions pas qu’il est avant tout une république. Un État laïc avec plusieurs religions, plusieurs idéologies. Nous ne sommes pas en Arabie Saoudite ou dans un pays dans lequel certains religieux pouvaient tout se permettre. Nous avons tous suivi ce qui s’est passé entre Ras Bath et le prêcheur Bandiougou Doumbia. On ne peut pas interpeller l’animateur pour « atteinte au mœurs et injures publiques à caractères sexuels » sans que l’autre ne soit inquiété. Ras Bath n’a pas été plus injurieux que son protagoniste qui lui, s’est permît une liberté d’expression d’insulte exagérée. L’image que Bandiougou avait donné de lui était si dégueulasse que je ne savais pas où mettre la tête ce jour, lorsque je l’écoutais à la radio. Il a sali l’image des musulmans Maliens. Il a humilié nos parents avec ses propos incroyablement haineux. Je ne sais pas pourquoi le choix de l’interpellation s’est porté sur Ras Bath mais je crois que les militaires se sont trompés. Celui qui aurait dû être interpellé, c’était Bandiougou.

Le prêcheur Bandiougou Doumbia

Le prêcheur Bandiougou Doumbia

Pour finir je félicite le président de la république pour sa décision sage concernant sa demande de libération de l’animateur.  N’oublions pas ce précieux adage Bambara qui dit:  » Si tu trébuches des pieds, tu peux avancer, mais si tu trébuches de la pensée, tu ne peux avancer »

Un peuple – un but – une foi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *