Nos hôpitaux entre la vie et la mort 2


 

Bloc operatoire de l'hopital Gabriel Toure

Bloc operatoire de l’hopital Gabriel Toure(Bamako), image wikipedia

J’ai vu une gamine entre la vie et la mort.
J’ai demandé: Docteur, qu’est-ce qu’elle a?
navré, celui-ci m’a parlé du triste sort
de l’enfant épuisé et dominé par le coma.
Au centre de réanimation juste à coté,
des pleurs de certains malheureux
s’amplifiant, nous ont révélé
qu’une vie regagnait encore les cieux.
Un amputé, courageux me disait:
-J’ai plus ma jambe droite même en rêve.
j’ai désormais une béquille car c’est vrai
que la vie c’est cela: marche ou crève.
Le personnel habitué à cette atmosphère
triste et médicale où plane le trépas,
renvoyait certains chez eux ou au cimetière,
quand les soins payaient ou ne payaient pas.
Ici, j’ai vu le pauvre religieux devenir riche,
le riche devenir pauvre et religieux
Priant ainsi: l’argent peut venir par la triche
la santé seulement par le tout-puissant Dieu.
Allez parfois visiter les hôpitaux
fait du bien à l’homme, à l’âme
voir tous ces malades et leurs maux
qu’ils combattent, nous désolent et désarment.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Nos hôpitaux entre la vie et la mort